Aventures à Salem

Il y a de ces endroits dans le monde par lesquels l’on se sent profondément appeler. Le genre d’évidence inaltérable dans notre cœur que nous devons impérativement visiter ce lieu. Même si parfois le voyage peut prendre plusieurs années à venir, il est souvent couronné par une exaltation certaine, par un sentiment de complétion, comme si nous avions enfin connecté une pièce de casse-tête dans notre être. Pour moi, cet appel a toujours été la Nouvelle-Angleterre et plus particulièrement : SALEM.

 

 

 À quelques heures de route seulement de mes cantons natals, Salem, la ville des sorcières. Ville côtière située dans la Baie du Massachusetts à environ 45 minutes de Boston, on s’y rend par une magnifique route panoramique qui zigzague à travers les montagnes du Vermont et du New Hampshire. Pour vous donner un repère, Salem a environ la taille et population de Victoriaville et je serais prête à dire que c’est l’endroit dans le monde où il y a le plus de boutiques ésotériques per capita.

 

Salem est un incontournable pour les amateurs-trices de sorcellerie, ceux et celles au cœur romantique qui recherche un lien magique avec le passé. Pourtant, il y a une certaine dissonance entre les aspects historiques et touristiques de cette ville. Avant de plonger dans les recommandations et mes attractions chouchous, j’aimerais rapidement exposer cette dissonance qui, sans être un obstacle au pèlerinage sorcier, mérite d’être pris en compte.

 

Salem l’historique

L’aspect le plus connu de l’histoire de cette ville côtière fondée en 1629 est sans contredit la chasse aux sorcières qui y prit place en 1692. Plusieurs néophytes en sorcellerie s’extasient de l’imaginaire entourant ces évènements, mais leur réalité est funeste et mondaine.

 

Deux jeunes filles et leurs copines s’amusent à essayer de lire leur avenir. Peut de temps après quoi, elles exhibent des comportements excentriques et chaotiques. Comment expliquer ces faits? Trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité ? Empoisonnement à l’ergo? Schizophrénie? Jalousie et ennui? La société puritaine de l’époque est rapide à trouver des coupables comme cela se fait depuis le 15e siècle dans le vieux pays: la chasse aux sorcières est lancée.

 

Les faits sont troublants : plus de 20 décès par pendaison, dont 14 des victimes étaient des femmes marginalisées. Je tiens à le dire clairement : il ne faut pas romancer ces évènements et comprendre que les œuvres de fictions qui s’en inspire ne sont que cela : fiction. Ces victimes n’étaient pas de magiciennes de Hogwarts, mais simplement les boucs émissaires du mal-être d’une société religieuse et rigide où des enfants influençables, probablement malades physiquement ou mentalement, ont pu accuser du doigt et générer une panique morale mortelle à une époque où être différent-e était synonyme de collusion avec le diable.

 

Il reste peu de traces de cet incident outre les plaques commémoratives, les pierres tombales de quelques juges impliqués ainsi que la maison d’un de ceux-ci transformer en musée. Les descendant-e-s de ces victimes ont des plaques commémoratives et un univers de légendes pour gardez en mémoire les dangers de l’association de l’état et de la religion ou plutôt, superstition. Les victimes de ces évènements n’ont donc pas pratiqué la sorcellerie tel que vous et moi l’entendons alors comment cette petite ville en est venue à la commodification de la sorcellerie et du néo-paganisme au point de porter le sobriquet de Witch City ?

 

Salem la touristique

L’identité culturelle de Salem est centrée sur les procès des prétendues sorcières de 1692. Balais, chaudron et pentagramme sont emblématiques dans tous les secteurs d’activité économiques et l’icône de la sorcière est le blason de la police, le logo du journal local et même une mascotte scolaire. Les temps ont changé.

 

Ce phénomène de réappropriation de l’histoire à Salem a débuté dans les années 80 avec le renouveau païen et les nouveaux mouvements de spiritualité féministe, dont la Wicca. À cette époque, l’occident est non seulement fasciné par les concepts exotiques tels que yoga, tantra et zen, mais revisite ses propres racines folkloriques dont fait partie la sorcellerie. C’est à ce moment que l’on voit apparaitre un peu partout des boutiques ésotériques où se procurer pierres, chandelles et herbes. Il était maintenant possible d’être un sorcier ou une sorcière, sans qu’en aucun cas sa vie soit en danger. S’identifier comme tel n’est plus un crime et à Salem cela devient même un argument d’affaires.

 

En 2016, pour la fin de semaine d’Halloween seulement, plus de 250 000 personnes ont visité Salem, une ville de 40,000 habitants. Avec cet intérêt soutenu pour la funèbre légende, romancé par Disney dans Hocus Pocus comme Rob Zombie dans The Lords of Salem, il ne faut pas s’étonner que la commodification de sorcellerie persiste dans l’industrie touristique de Salem. Des gens sont morts pour cette réputation, mais cette commercialisation a néanmoins permis un développement et une acceptation sociale de la sorcellerie qu’on ne voit nulle part ailleurs.

 

Salem la magique

Oui, il y a beaucoup de kitsch et d’attrape-touristes à Salem, mais au cœur de la ville existent plusieurs groupes et communautés travaillant à la libéralisation continue de la sorcellerie comme pratique spirituelle, mode de vie et art ancestrale. Le commerce ne remplace pas l’éducation, mais il peut contribuer à sensibiliser et introduire et en tant que touriste informée, je vous ai fait une petite liste de boutiques magiques légitimes à ne pas manquer!

 

ON CRAQUE POUR...

Hex : Si le hoodoo et l’occultisme de la main gauche vous fascinent, ne manquez pas de visiter Hex où l’on trouve curios et sacs mojo pour tous les besoins. L’ambiance à la fois ténébreuse et accueillante fascine les touristes comme les passionné-e-s. En pleine boutique trône un grand autel à Santa Muerte où l’on peut laisser une offrande pour s’assurer un retour sain et sauf à la maison!

Coven’s Cottage : Boutique tenue par une famille d’artisans-es, Coven’s cottage célèbre le paganisme d’Europe du Nord. Les énergies d’Odin, Cernunnos et Brighid vous attendent dans cette magnifique échoppe emmitouflée dans les herbes suspendues où l’on trouve des pièces faites à la main et un sentiment de voyage dans le temps!

Nu Aeon Il n’y a pas que de la sorcellerie à Salem, il y aussi de la Haute Magie et de l’Hermétisme! Si vous cherchez des items liés à la Théléma particulièrement, Nu Aeon est votre unique destination! Située près de la marina, cette boutique envoûte par la présence de complexes sceaux et statuaire égyptien dans tous les racoins.

Artemisia Botanicals : Ajoutez un voile de mysticisme à une herboristerie classique et vous voilà chez Artemisia Botanicals. Situé dans une belle maison jaune typique de la Nouvelle-Angleterre, Artemisia Botanicals offre toutes les herbes, huiles et essences imaginables ainsi que le service de professionnelles pour vous guider sur les sentiers de la magie verte.

  Salem l’horrifique

Old burrying point Cemetery : En plein centre-ville se trouve un petit cimetière d’environ 350 tombes, le 2e plus vieux cimetière des États-Unis. Malgré la file de touristes y attendant leur visite guidée, ce lieu de , mnb,sépulture a une aura de calme solennel. Aucune victime des procès de 1692 n’y est enterrée, mais l’on y trouve de magnifiques monuments mortuaires dont les ‘Death Heads’ effigie de l’âme sous la forme d’un crâne ailé.

The Witch House : Pour moi, la vraie horreur fut la visite de la célèbre witch house. Magnifique bâtiment du 17e siècle, cette maison fut la demeure du juge Jonathan Corwin, fier puritain ayant participé au procès de 1692. À l’intérieur l’on retrouve un inventaire d’objet de la vie d’autrefois, mais aussi d’items de torture et même d’artefacts ayant supposément appartenu à des sorcières de jadis. Hypersensible s’abstenir !!! Mon cœur s’est mis à battre comme si des siècles d’oppression poussaient contre ma poitrine, des sueurs froides, des picotements et des tremblements dans les mains et les pieds – j’ai déguerpi rapidement, sans demander mon dû. Très beau musé, vraiment, mais l’empreinte énergétique de l’espace est suffocante.

Count Orlok's Nightmare Gallery : Mon genre d’horreur ressemble plus à ce qui nous attend à la galerie des cauchemars du Count Orlok, un petit musée du cinéma d’horreur remplie de statues grandeur réelle dans des scènes animées. Rencontrer les Sœurs Sandersons et Nosferatu? Bien sûr! Qu’on soit du genre tueur masqué ou créature fantastique, si on aime le cinéma d’horreur, cela vaut l’arrêt.

 Salem la ludique

Gulu-Gulu CaféAprès des heures de magasinage ou un plongeon dans l’histoire, le Gulu-Gulu café est un véritable havre de paix et de confort. Hip et bigarré, ce café attire une faune bohémienne de tout âge. On craque pour leur menu bière et cocktails ainsi qu’un délicieux café piston.

Black Veil Studio: Tenue par des jumeaux identiques, le salon de tatouage Black Veil vaut le détour à lui seul si vous êtes amateurs-trices d’encre. Si vous n’avez pas coordonnez un rendez-vous pour votre escapade, vous pourrez toujours y dénicher des impressions, épinglettes et chandails abordant leur imagerie sombre et précise.

Peabody Essex Museum Si vos ami-e-s ou famille vous accompagnant ne sont pas intéressés par la sorcellerie et le magasinage, souvenez-vous qu’il s’agit d’une des plus vieilles villes d’Amérique du Nord et les attractions historiques y sont nombreuses. Ne manquez pas le Peabody Essex Museum dont les collections remontent au temps de la East India Marine Society en 1799.

Salem la romantique

La ville des sorcières, celles victime du passé, celles s’étant réapproprié ce rôle sociospirituel et, bien sûr, celles surfant sur les clichés de la culture populaire. La triste histoire de Salem est bien moins magique qu’on pourrait s’y laisser croire, mais l’atrocité du passé a permis une réappropriation de la sorcellerie comme nulle part ailleurs. Il fait honnêtement bon de pouvoir déambuler de boutiques en musées sans se faire juger lorsqu’on a un heptagramme de 6 pouces de tatoué sur le cœur.

 

Seul endroit où la haute saison est en octobre, prévoyez-vous d’avance pour participer au grand mois de carnaval qu’y est l’Halloween. Ville vibrante et accueillante, il est facile de la découvrir à pied en arpentant les rues de briques historiques. Que ce soit pour deux jours ou deux semaines, il est impossible de s’y ennuyer lorsqu’il y a tant de mystères, d’influences et de répercussions à analyser à travers l’industrie touristique et les vraies communautés sorcières et ésotériques sous-jacentes.

 

Maintenant que vous en savez un poil plus sur son histoire et avez des destinations à ne pas manquer, si vous visitez Salem, je vous conseille avant tout d’oser vous laisser enchanter. Ouvrez-vous à l’expérience et découvrez ce qui fait de Salem la ville de la sorcellerie.

 

Avez-vous déjà visité Salem? Quelles y sont vos destinations coups de cœurs? Quels trésors y avez-vous dénichés?

Avez-vous d'autres pèlerinages sorciers à nous proposez?

 

Voyageusement vôtre, Aude

Aucune recommandation dans cet article n’est payée. Il s’agit d’un partage de découvertes touristiques. Je ne reçois aucune compensation pour les mentions.

 

 

Please reload

  • Instagram - Black Circle
  • Facebook - Black Circle
  • YouTube - Black Circle
  • Pinterest - Black Circle

Salut!

Bienvenue dans le grimoire chère curieuse créature! Je suis Aude,
la belette travaillante qui orchestre Nosfey et mon plus grand plaisir est de te partager des idées hors du commun pour que tu développe sans cesse ton potentiel magique. Si tu apprécie ta lecture, je t'invite à partager sur les réseaux sociaux ou même me payer un petit café symbolique!
  • Instagram - Black Circle
  • Facebook - Black Circle
  • YouTube - Black Circle
  • Pinterest - Black Circle
MAGASINER
La Boite
Boutique
Questions Fréquentes
PARTICIPER
Artistes
Calendrier
Youtube - à venir